Login
 
Main Data
Author: Patrick Mégarbané
Title: Le livre descendu 'exégèse coranique, Volume 3
Publisher: Books on Demand
ISBN/ISSN: 9782322214082
Edition: 1
Price: CHF 18.90
Publication date: 01/01/2020
Content
Category: Religion/Theologie
Language: French
Technical Data
Pages: 648
Kopierschutz: Wasserzeichen
Geräte: PC/MAC/eReader/Tablet
Formate: ePUB
Table of contents
Ce troisième et dernier volet explore la christologie du coran, tire au clair les controverses qui opposent l'islam aux autres religions du livre, et achève de replacer la révélation arabe dans le sillage des écritures premières qu'elle récapitule et sublime. L'examen s'attarde sur la question de la servitude, puis sur la différence des sexes et le statut de la femme, enfin sur les économies enchevêtrées de l'équivalence, de la violence et du don qui sous-tendent le cheminement des croyants soumis à l'influence de Dieu. L'analyse montre que la voie instruite dans le coran participe à la constitution d'un monde solidaire et hospitalier, où chaque personne serait appelée à revivifier son existence, et à donner forme à ses possibilités les plus solennelles, par son effort vers Dieu. Comprise à sa juste valeur, la conception coranique de la vie et du divin pourrait rapprocher les communautés rivales du livre, et rassembler les croyants et les incroyants autour d'une vision largement partagée.

Patrick Mégarbané, d'origine syrienne, ancien élève de Polytechnique et de la Sorbonne, a travaillé et enseigné à Paris, Washington et Damas. Il a publié aux éditions Actes Sud cinq anthologies de la poésie arabe classique, écrites en collaboration avec Hoa Hoï Vuong, ainsi qu'un essai, Mutanabbi le prophète armé (2013), qui amorce son projet d'exégèse. Les deux premiers volumes du Livre Descendu ont été publiés en 2015 et 2017.
Table of contents

À lorigine du coran, il y a une injonction, un appel de Dieu auquel Muhammad tente de répondre. Par lui, il reçoit une vocation dont il navait pas conscience avant den reconnaître les effets dans son existence. Mais cette convocation ne surgit pas de nulle part : elle suppose que le répondant ait embrassé les traditions qui lont précédé, et placé les textes déjà révélés au fondement de sa vie et de sa conduite. Ainsi, Muhammad se guide à la lumière de la torah et de lévangile, et il annonce la bonne nouvelle en marchant dans lombre des anciens prophètes. La révélation quil apporte aux hommes  ce livre qui descend sur lui en tant que vérité  engage donc deux opérations distinctes et indissociables : un effort de discernement et de récapitulation du sens profond des écritures passées ; et laccueil dune parole essentielle, qui excède le donné connu et ouvre à un monde nouveau.

Cette double activité sous-tend le travail de réécriture par lequel Muhammad s'approprie les discours antérieurs et les rééla-bore. À mesure que sa récitation prend forme, elle entre en relation manifeste ou secrète avec les uvres de ses prédécesseurs, et tisse avec elles des liens dintertextualité. Les déformations ou les décalages qui apparaissent avec les références-sources ne sont pas fortuites ; elles ont une valeur dexplication, de contestation ou de décantation de lenseignement testamentaire. Dans lécrit coranique, les motifs, les thèmes et les récits sont repris et continuellement réévalués, suivant des perspectives et des exigences toujours différentes.

À travers ce travail de répétition créatrice, le dernier des prophètes renoue avec le monothéisme sans alliage des juifs, de même quil retrouve la plus haute vérité du christianisme bien compris ; il les sublime tous deux dans une modalité renouvelée dalliance à Dieu. La prédication hyperbolique quil adresse au monde se tient à la fois dans le sillage des traditions judaïque et chrétienne, et en rupture avec elles.

Le coran ne jette pas simplement un éclairage profond sur les écritures anciennes. Comme lont montré les premiers volumes de notre exégèse, il raconte, analyse et dissèque, à travers cette présentation, lépreuve dont il est le produit. En mobilisant toutes les ressources de la langue arabe, le témoin coranique tente limpossible : rendre compte par la parole et lécriture, de manière satisfaisante et donc essentielle, de Dieu et de son expérience avec lui. Lentreprise est un insoutenable défi, dans la mesure où elle entend capter, dans les mailles dune configuration langagière et par une mise en scène dordre symbolique, un indicible qui marque à la fois lorigine mythique du langage et une limite quaucun discours ne peut jamais atteindre. Bien quil reconnaisse que le divin échappe aux économies de la signification et de la représentation, Muhammad consacre toute son attention et son savoir-faire à lexamen de ce principe, à ses rythmes, ses manifestations, ses mutations, ses attributs, et ses révélations dont il croit être le témoin privilégié. Tout en proclamant que Dieu demeure hors de portée des hommes, il entreprend de le nommer. Au risque de légarement, et peut-être de la folie, il parle en son nom, avec la certitude que cest Dieu lui-même qui se révèle ainsi à lui. Son audace, et la nouveauté de son message, nen sont pas moins fidèles à la nature profonde des écritures premières et à la voie tracée par les prophètes.

Constituée suivant le principe de lexemplification, dans le cadre dune herméneutique du témoignage, la révélation coranique soffre en paradigme dune affirmation que chacun est appelé à reprendre et à confirmer. Désormais, tous les hommes ont vocation à uvrer à la postérité du livre et à témoigner de Dieu  prenant ainsi une part active à un ministère qui était jusque-là réservé à un nombre restreint de messagers et de communautés. Puisque Muhammad fournit linstruction dun tel programme, et formule l'idée du divin qui lui correspond, il est gratifié dêtre le sceau des prophètes.

La révélation dernière ouvre aux hommes courageux un chemin à reconnaître, à suivre et à élargir en perspectives analogues. Sa valeur est avant tout exemplaire, heuristique et pédagogique. Elle tient à sa capacité à cultiver les consciences, et à éclairer les âmes sur la juste manière de se dévouer à Dieu et de répondre de la responsabilité qui incombe à chacune devant lui. Cette proposition est susceptible dintéresser tout homme, même lincroyant, puisquelle fonctionne sur le principe de la démonstration, quelle délivre un enseignement existentiel fondamental, et quelle pose un choix qui appelle une libre réponse.

Le prédicateur arabe ninvite pas les hommes à le suivre sur la base de considérations abstraites. Il leur apporte des raisons despérer et des preuves concrètes du dépassement quil estime possible daccomplir. Il leur rend la promesse de la résurrection intelligible, et le pari de la foi crédible. Mais son témoignage noffre pas de caution ultime. Il sagit dun exemple qui instruit, dune réussite qui demande à être consolidée, dune virtualité qui attend dêtre reprise et réeffectuée, alors même que la direction indiquée est difficile et périlleuse. Pour le reste, le coran ne démontre sa validité paradigmatique, et son actualité toujours pertinente, quen vertu des relectures quil autorise et des nouvelles expériences de Dieu quil permet. Cest par leffort que dautres font pour revêtir la disposition de foi quil instruit que le livre de Muhammad se manifeste comme vérité.

Lengagement en dépit du mystère diniquité

Le trait remarquable de la révélation coranique est de ne pas mitiger le conflit insoluble qui existe entre linouï de la miséricorde et le scandale de la mort. Assurément, Muhammad croit en la résurrection de la chair, sans quoi sa foi serait vide. Porté par un enthousiasme profond, il reste convaincu que là où lamour de Dieu sobstine et triomphe de ce qui tend à linvertir, la mort ne peut que perdre son aiguillon et être vaincue. Partant, il célèbre lélévation du Christ, et proclame que le pardon est plus fort que la mort. Mais, en même temps, Muhammad se méfie des promesses de résurrection. Troublé par linfinité du mal, il questionne, sinon la capacité de Dieu, du moins son désir de vouloir relever les défunts à la consommation des temps. Alors, il laisse entendre que le fils de Marie a pu être abandonné à un supplice ignominieux, et se désole que toute chose soit livrée à la gangrène.

À linstar dAbraham méditant limmensité du ciel étoilé, Muhammad trouve, au fond de lui, à la fois la certitude dêtre le destinataire dune vocation surhumaine et lévidence de nêtre rien. Pourtant, il ne stagne pas dans un agnosticisme renonciateur. Bien que rongé par linquiétude et mortifié par le doute, il continue à craindre Dieu, à espérer en lui, et à vouloir prendre langue avec lui. Il comprend le silence du seigneur comme une provocation qui loblige à se compromettre absolument et à choisir. Mais, ce faisant, Muhammad ne se détourne pas de ce que le monde peut avoir dabsurde et de désespérant. Il témoigne de sa foi sans atténuer lambiguïté des signes que le divin donne de lui-même ici-bas. Cest pourquoi le dieu quil professe  ce dieu qui se révèle à lui après avoir disparu dans le désespoir et le soupçon  porte en lui lambivalence : sa justice va de pair avec un implacable arbitraire ; sa bonté saccommode dune effroyable violence ; et son appel est proportionné à dinfaillibles séductions. Allah cultive en lui la possibilité du mal, et lon ne peut pas dire que cette alternative ait...